Le rosé, ce n’est pas que la France!

Sous la plume de Rachelle Lemoine, Le Parisien vient de faire paraître une alléchante sélection de vins d’été à petits prix, et notamment de rosés.

par défaut 2019-06-13 à 13.21.00.jpg

Malheureusement, le quotidien de la ville la plus cosmopolite de France… a oublié les vins étrangers.

Je me permets donc de compléter cette sélection avec quelques suggestions de mon cru, toujours parmi les vins les plus accessibles…

Guerrieri.jpg

Pour l’Italie, le Chiaretto de Guerrieri Rizzardi

gran-feudo-rosado-2017.jpg

Pour l’Espagne, le rosé de Navarre de Gran Feudo

ksara_sunset_Rose_2016.jpg

Pour le Liban, le Sunset de Château Ksara

0_0_orig.jpg

Pour la Tunisie, le Désir Rosé de Shadrapa

3175520410046_PHOTOSITE_20190603_135742_0.jpg

Pour le Maroc, un gris de Boulaouane

quinta-nova-reserve-rose-2017.jpg.png

Pour le Portugal, ce rosé du Douro de Quinta Nova (non, pas Mateus)…

fleur-d-aboukir-rose

Pour l’Algérie, la Fleur d’Aboukir des Grands Crus de L’Ouest Algérien

Vous pouvez compléter vous-mêmes, si vous avez eu l’occasion de déguster des vins de cette tendre couleur au cours de vos voyages à l’étranger, ou bien au restaurant.

Pour moi, c’est un peu de la déformation professionnelle. Primo, je suis juré au Concours Mondial du Rosé, à Cannes. Secundo, je suis pour la libre circulation des vins. Nous autres Français vendons assez de rosés par delà nos frontières pour avoir le droit (et l’envie) de goûter ceux de nos voisins, c’est-ce pas?

D’autant que la palette est large…

Hervé Lalau

 

 

 

Blecua, un château en Espagne

Blecua est un domaine aragonais acheté par le groupe Gonzalez-Byass avec le désir affiché d’y produire « un très grand vin d’Espagne », en sélectionnant les meilleurs raisins et en apportant un soin poussé à la vinification. Dans l’esprit « château », comme le lieu y fait irrésistiblement penser.

IMG_5078

Si j’en juge par les premiers millésimes, c’est surtout la première partie de la formule qui a été respectée: un grand vin. Mais sa composition (cépages bordelais majoritaires) et son élevage long en barriques de chêne français font plus penser à un super toscan.

Ces derniers temps, cependant, on note un certain recadrage; le 2010 (un tout jeune vin, dans l’esprit des concepteurs) laisse présager des vins un peu plus méditerranéens – plus d’épices, plus de rondeur et plus de jus autour des tannins.

IMG_5074

Blecua 2010

Complexité et fraîcheur, joli fruit noir, herbes de la garrigue, le tempranillo prend les commandes.

L’acidité intègre l’alcool – c’est un des charmes de l’Aragon, vignoble sudiste mais d’altitude.

En comparaison, le 2005 paraît plus fermé, plus tannique aussi – lui fait la part belle au Cabernet, associé au Grenache et à un peu de Tempranillo.

Hervé Lalau

 

Tout en haut, Gran Vos

Gran Vos veut dire grand vin en vieil aragonais – et le nom n’a rien d’usurpé pour une cuvée dont l’assemblage change chaque année, et qui couronne l’offre de Viñas del Vero.
Dans son édition 2012, ce haut de gamme (en qualité comme altitude) présente d’emblée un très joli fumé au nez, puis l’on passe aux fruits noirs et à la violette; en bouche, les tannins ont beau être bien marqués, ce que l’on retient, c’est l’harmonie d’ensemble, une grande délicatesse.
Alors, finalement, doit-on connaître l’assemblage pour apprécier un vin? Pas forcément.
A noter que ce Somontano de garde est non filtré. Il peut donc présenter un dépôt.
IMG_4923
Plus d’info: Viñas del Vero

Hervé Lalau

De coloribus est disputantur

Trois photos extraites de mon album de voyage en Espagne, avec comme dénominateur commun, le thème de la couleur.

Couleur des vignes, pour ces deux vues de Secastilla, en province de Huesca (Aragon).

IMG_5017

IMG_5015

Couleur des vins, pour cette photo de la dégustation des sherries de González Byass, qui va des finos (Tio Pepe, ici présenté en deux versions millésimées 2011 et 2010) au PX VORS Noé (le plus sombre) en passant par l’éblouissant Palo Cortado XC (où González Byass réinvente le fameux vin de « Retour des Indes »).

IMG_5124

Hervé Lalau

Sillages Albariño 2017, par Foncalieu

« Y a de  la poire » m’a dit ma fille Joëlle en humant ce vin dans mon verre, à la manière des Tontons Flingueurs.

Oui, sauf que ce n’est pas de la poire, mais de l’Albariño.
Un Albariño qui n’est ni galicien ni portugais, mais languedocien, en l’occurrence – c’est un IGP pays d’Oc produit par la coopérative Foncalieu, sous le joli nom de Sillages.
IMG_4102.jpg

Le genre de sillages qu’on aime à suivre

Outre la poire, on aime ses belles notes d’agrumes, sa fraîcheur et une forme d’opulence en bouche.
Aux aficionados de la version originale (type Monção ou Pazo Señorans), il manquera peut-être un peu de minéralité, mais on saluera le résultat de la transplantation – Notons que les vignerons de Foncalieu ont été les premiers à en planter dans leur beau pays d’Oc.

Hervé Lalau

Connaissez-vous Cariñena?

Tiens, une appellation qui porte le nom d’un cépage ! Ce n’est pas si courant… Mais voila qui mérite une explication…

Le berceau du Carignan

A Cariñena, c’est le lieu qui a donné son nom au cépage Cariñena – carignan, en français. Alias Mataro (en Catalogne). Alias Mazuelo (en Rioja). Et non l’inverse.

cariñena-mazuela002Le Carignan de Cariñena

Ce sont sans doute des Pèlerins de retour de Saint-Jacques-de-Compostelle qui ont rapporté de Cariñena le Carignan en France, via le Roussillon. Nul n’est prophète en son pays: il a bien failli disparaître de Cariñena, victime des grandes tendances de la viticulture mondiale, et d’une mauvaise réputation ; mais il a été sauvé par l’obstination des vignerons locaux. Tant mieux, car ici, les rendements sont naturellement assez bas (40 ha, en moyenne) ; on n’y a donc jamais produit les rouges dilués dont Carignan était devenu le prénom ailleurs.

Aride Aragon

Situons un peu les choses. La petite bourgade de Cariñena (9 belles caves pour moins de 4.000 habitants !) se trouve près de Saragosse, en Aragon, dans un site assez unique. Le Campo de Cariñena, qui communique avec la dépression de l’Ebre, est une plaine fermée par les chaînes du Massif ibérique, un petit monde qui tourne autour du vin. Le vignoble s’étage de 400 à 800 mètres d’altitude.

VIÑEDOVous avez-dit aride?

Ses paysages semi-arides et lumineux sont typiques du climat continental de l’intérieur de l’Espagne, encore rendu plus sec, ici, par le Cierso, le vent local qui contribue à assainir la vigne.

Cette vigne, on le comprend, doit avoir les ceps bien accrochés, car les sols sont très pauvres – du calcaire brun-rouge (cascajo), essentiellement, complété, sur la frange sud de l’aire, par des argiles durs et de l’ardoise – bref, des sols pierreux.

Cette pierre, c’est d’ailleurs le commun dénominateur de Cariñena; aussi ne s’étonnera-t-on pas de la voir mise en avant dans la communication de l’appellation: El Vino de las Piedras – le vin des pierres.

bailarina-ingles

Carignan… et Grenache !

Mais Cariñena, c’est aussi un vignoble historique développé par les moines, et dont les vins étaient appréciés dès le Moyen-Age; ainsi que par Voltaire, un peu plus tard : l’auteur français en recevait régulièrement de son ami le Comte d’Aranda. En outre, c’est à Cariñena qu’a été édicté, en 1696, l’Estatuto de la Vid (le statut de la vigne), première tentative pour limiter la production de vin en Espagne aux terroirs qualitatifs.

Célèbre en Espagne, le film comique La Vengeance de Don Mendo, tiré d’une pièce de Pedro Munoz Seca, l’évoque aussi : son personnage principal emprunte son nom à celui d’un vin fameux de la région.

Si c’est l’histoire qui fait venir à Cariñena les amoureux du Carignan, ce sont les vins qui l’y font rester, et pas seulement pour le Carignan, puisque que le cépage numéro un de l’appellation, aujourd’hui, est le Grenache. Au point que ce cépage est devenu aujourd’hui l’autre marqueur de l’identité de Cariñena.

Garnacha002Un séduisant Grenache 

Il faut dire qu’il prend ici des expressions insoupçonnées. Pas étonnant qu’il ait séduit  les consommateurs allemands, britanniques et américains. La Belgique est un des autres marchés prioritaires pour le Consejo regulador de la DO, qui regroupe une trentaine de metteurs en marché, répartis sur 14 communes. La surface en vignes est de quelque 15.000 hectares, pour une production de l’ordre de 650.000 hectolitres.

Fruités et concentrés

Mais quel type de vin les pierres de Cariñena nous offrent-elles ?

Des vins sur le fruit, pour la consommation rapide (crianza) aussi bien que des vins de garde (reserva, gran reserva, añejo…).

Des vins concentrés, solides et étonnamment aromatiques pour des vins du sud, aussi bien en blanc qu’en rouge ou en rosé. Comme si la plante, obligée de chercher avec effort et en profondeur ce que la pierre et la climatologie ne lui donnent pas facilement, puisait dans le sol et dans l’air des éléments insoupçonnés. L’altitude élevée, qui génère une forte amplitude thermique entre le jour et la nuit, est aussi un exhausteur d’arômes, et préserve l’acidité.

Et pour ceux qui aimeraient voir tout ça de leurs propres yeux, et boire par eux-mêmes, une Route des Vins permet de visiter 11 bodegas de la région, ainsi que les principaux  sites touristiques et gastronomiques de la région. ¡Salud!

Hervé Lalau

Si j’étais vous, cher voisin…

Régulièrement, je lis dans les gazettes des articles où l’Allemagne exhorte la France à redresser ses finances; quand ce n’est pas la France qui fait la leçon à l’Italie ou à la Grèce; ou Bruxelles qui tance Budapest sur sa politique migratoire, ou Varsovie sur ses institutions.

Cela me fait sourire: généralement, quand un voisin vous dit quoi faire pour améliorer votre intérieur, embellir votre jardin, mieux habiller vos gosses, il y a trois solutions:

1° Vous lui mettez sur la gueule;

2° Vous l’écoutez poliment mais vous ne faites rien;

3° Vous faites exactement le contraire de ce qu’il dit. C’est humain, de quoi il se mêle, celui-là, et puis il les a vus, ses sales gosses, à lui, et sa foutue baraque, et son jardin de merde…

Bon, la 4ème solution, ce serait de vous dire qu’il a peut-être raison, qu’il veut bien faire. Mais psychologiquement, à moins que vous soyez sous Prozac, c’est improbable.

Chers-voisins

Chers Voisins, de Bercovici & Dal

Toujours est-il que ça m’a donné des idées.

Imaginez que notre ancien sinistre de l’Economie, M. Moscovici, devenu commissaire européen, fasse les gros yeux à la France au sujet de ses déficits chroniques. Oups, mauvaise pioche, il le fait. A croire que les politiciens nous prennent pour des poissons rouges.

Mais intéressons-nous au vin.

Imaginez un peu que la Bourgogne dise au Bordelais ce que le mot Grand Cru doit recouvrir (c’est à dire un terroir, une parcelle, et non un domaine).

Imaginez que le Rhône Sud dise au Rhône Nord que l’assemblage est la condition sine qua non pour obtenir de grands vins, que la Syrah est trop capricieuse…

Imaginez que l’Alsace dise à la Champagne que ses rendements sont trop élevés (bon, OK, mauvais exemple).

Imaginez que le Roussillon dise à la Loire qu’il ne faut pas chaptaliser.

Imaginez que le Layon dise à Sauternes qu’on ne peut pas cryoextraire.

Imaginez que des vignerons bio disent à des coopératives qu’on a pas le droit d’employer la flash-détente.

Imaginez que la France dise à l’Espagne qu’elle n’a pas assez d’AOC.

Imaginez que l’Australie dise à la France que toute AOC doit pouvoir planter toutes sortes de cépages.

Imaginez que l’Afrique du Sud nous dise qu’il doit y avoir un minimum de propriétaires noirs dans la viticulture française.

Imaginez que le Chili dise à l’Europe que le rosé de coupage, finalement, donne de bons résultats si les deux vins utilisés dans l’assemblage sont de qualité.

Imaginez que je dise à mes amis Marie-Louise, Marc, Jim, Michel et David, des 5 du Vin, comment ils doivent écrire…

Hervé Lalau

Problèmes de classement

Tout fout le camp! Je lisais l’autre jour que les scientifiques ont de plus en plus de mal à classer les espèces entre les différents « règnes » que nous apprenions dans nos vertes années. Au point que ces vieilles classifications (animal, végétal, minéral, algue, champignon, etc)… sont remises en question. 

Ce qui devrait inquiéter au premier chef nos amis vegan. En consommant des algues, peut être consomment-ils des animaux sans le savoir! A l’inverse, l’anémone de mer pourrait devenir un végétal.

Vous pensez que ce débat est réservé aux spécialistes? Que nenni! La distribution de masse s’y intéresse de près, à telle enseigne (ah ah) que certains distributeurs sont à la pointe de ce combat; ainsi, récemment, la chaîne Hema effaçait toute distinction de genre dans son offre textile. Ce qui arrange sans doute bien Conchita Wurst, mais pas forcément toutes les mères de famille.

Mais mon Carrefour fait encore plus fort: il classe à présent le canard et la caille parmi les insectes.

Et je le prouve:

IMG_3031 2

Etonnez-vous après ça si les vins espagnols passent pour des vins de l’Aude, les vins du Languedoc pour des Bordeaux, et le consommateur, pour tout sauf un sommateur…

Hervé Lalau