Un jugement qui pourrait faire date: celui du Bordeaux de Maucaillou

La semaine dernière, le Tribunal correctionnel de Bordeaux a condamné à de fortes amendes le négociant Pascal Dourthe et sa société Les Notables de Beaucaillou, pour avoir commercialisé sous la marque « Le Bordeaux de Maucaillou » un vin ne provenant pas des vignes du Château Maucaillou.

b-de-maucaillou.jpg

Le tribunal a jugé qu’il s’agissait d’une pratique trompeuse de la part du négociant, qui avait utilisé une étiquette où figurait l’image du château pour vendre un simple vin de négoce.

Trois parties civiles s’étaient constituées dans cette affaire, la Fédération des Grands Vins de Bordeaux, la Confédération Paysanne et l’Inao, qui devraient recevoir une indemnisation au titre du préjudice moral.

Les avocats de Dourthe, qui nient l’intention de tromperie, n’excluent cependant pas de faire appel.

Dans son jugement, le tribunal correctionnel a également déploré que le Conseil interprofessionnel du Vin de Bordeaux et la Fédération des Négociants de Bordeaux et Libourne, régulièrement convoqués, ne se soient pas présentés à l’audience.

Ce jugement pourrait faire date, car d’autres affaires semblables, concernant d’autres châteaux bordelais, sont à l’instruction.

Hervé Lalau

Accord UE-Chine: les IGP ne sont pas des AOP

Petit rappel utile, suite aux articles parus sur l’accord entre l’Union européenne et la Chine sur la protection des labels: il y a trois catégories d’indications de provenance en Europe; les Appellations d’Origine Protégées (liées à un terroir, leur cahier des charges exigeant que toutes les phases de l’élaboration du produit se passent dans l’aire d’appellation délimitée), les Indications Géographiques Protégées (liées à un savoir faire et à un territoire, sans que toutes les étapes du processus de fabrication ne doivent forcément avir lieu dans la zone délimitée) et les Spécialités Traditionnelles Garanties, qui protègent une méthode de fabrication.

par défaut 2019-11-07 à 09.22.47

Source: réseau d’information de l’UE

 

Le Champagne, le Bordeaux, le Comté, la Feta et le Porto (cités dans la dépêche ci-dessous) sont des AOP, pas des IGP.

par défaut 2019-11-07 à 09.06.59.jpg

Source: AFP

Hervé Lalau

Terroirs, grand cru… de quoi parle-t-on chez Cheval des Andes?

Je viens de lire un article de Decanter présentant une verticale des vins de Cheval des Andes, la joint-venture franco-argentine de Cheval Blanc et de Terrazas de los Andes.

J’ai un peu tiqué quand j’ai vu que Jane Anson parlait de New World « Grand Cru » (même avec des guillemets). Car pour moi, un Grand Cru, c’est soit, selon la définition bourguignonne et alsacienne, une parcelle identifiée; soit, selon la définition bordelaise, une propriété au sein d’une appellation.

Dans une approche plus généraliste, moins pointue, aussi rappelons aussi la définition du mot cru lui-même, selon Le Petit Larousse: « Terroir considéré au point de vue de ses productions (se dit particulièrement des vignobles). Vin produit par ce terroir. »

par défaut 2019-10-15 à 14.17.16

A props de terroir, je me suis rappelé d’un article consacré à Cheval des Andes, paru voici quelques semaines dans Terre de Vins. 

Pierre-Olivier Clouet, le directeur technique de Cheval des Andes, y parlait bien de deux terroirs bien distincts: « Il a fallu du temps pour tirer le meilleur de nos deux terroirs, Las Compuertas et La Consulta, trouver le meilleur mode de conduite du vignoble, entre encépagement, qualité du matériel végétal, gestion de l’irrigation »…

Et un simple coup d’oeil sur le site de Cheval des Andes permet de constater que les deux parcelles ne sont ni dans la même appellation, ni dans la même vallée: Las Compuertas est à Lujàn de Cuyo, la Consulta dans la vallée de l’Uco, 90 km plus au Sud.

Peut-on assembler un Grand Cru à partir de deux parcelles aussi distantes? Parler, comme M. Clouet, de créer un « Grand Cru des Andes ». Non, bien sûr.

Un groupe français ne devrait-il pas défendre la notion de Grand Cru, ou même de Cru tout simplement, en n’employant pas le terme à tort et à travers?

Et les instances bordelaises, qui luttent pour que des mots comme Château ou Clos ne tombent pas dans le domaine public, à l’international, ne devraient-elles pas le rappeler à Cheval Blanc.

Car non, à l’heure d’internet et des réseaux sociaux, ce qui se passe en Argentine ne reste plus en Argentine.

Hervé Lalau

Nouvelle directrice pour la division vins du Crédit Agricole

Anne Le Naour succède à Thierry Budin à la tête de Crédit Agricole Grands Crus, la structure des vins de la banque qui englobe le Château Grand-Puy-Ducasse à Pauillac, le Château Meyney à Saint-Estèphe,  le Château Blaignan en Médoc, le Clos Saint-Vincent à Saint Emilion, le Château de la Tour de Mons à Margaux et le Château de Santenay à Santenay

Oenologue de formation, Anne Le Naour a fait ses classes à Yarra Yering en Australie, puis chez Ginestet et Bernard Magrez, avant de rejoindre CA Grands Crus au poste de directrice technique.

Un Saint-Emilion 2014 de derrière les fagots

Que peut-on dire de 2014 à Bordeaux? Que c’est meilleur que 2013, pardi!

Bien sûr, cela mérite d’être nuancé. En fonction de la sous-région, et en fonction de domaine. Nous voici à Saint Emilion. Nous voici au Château Tour de Yon.

La propriété, d’un peu moins de 5 ha, est aux main de M. Dusseaut, mais ce sont les coopérateurs de l’Union des Producteurs de Saint-Emilion qui en ont le fermage, du travail de la vigne jusqu’à la vinification.

IMG_0008

Ce vignoble est situé à l’ouest du plateau de Saint Emilion, à un jet de pierres (argileuses ou calcaires) de Pomerol, sur des sables et des graves.

Tout à fait classiquement pour la région, il est planté majoritairement de Merlot (75%, dans cette cuvée), complété de Cabernet Franc. Les vignes sont âgées de 40 ans en moyenne

Toujours aussi classiquement, il a été élevé 14 mois en barriques neuves.

Ce qui est moins classique, c’est la puissance de son fruit noir (cassis, myrtille) et rouge (framboise), qui parvient à éclipser le grillé du bois. La bouche riche et bien ronde adopte le même profil fruité, avec en plus une fraîcheur mentholée, un soupçon de paprika, un fumé délicat, des tannins juteux. Juteux, c’est peut-être le mot qui convient le mieux à ce Saint Emilion Grand Cru, et ce n’est pas si fréquent au pays du bois neuf pour mériter d’être signalé.

Le tout, pour moins de 140 euros…. la caisse de 6 auprès du producteur.

L’union des Producteurs de Saint Emilion est membre du groupement Marques & Coop, qui réunit 12 coopératives françaises pour la promotion de leurs meilleures cuvées.

Hervé Lalau

 

 

Bordeaux en GD: le générique… et les autres

Selon le dernier panel IRI, les ventes annuelles de vins de l’AOC Bordeaux dans la GD française (55 millions de litres, rouge, rosé et blanc cumulés) représentent plus de 60% de toutes les ventes de Bordeaux. Sa dauphine (Bordeaux Supérieur) est loin derrière, avec 9,9 millions de litres. Vient ensuite Blaye-Côtes de Bordeaux, avec 8 millions de litres.

On notera l’importance prise par le rosé dans l’AOC Bordeaux simple: avec 7,3 millions de litres, elle se vend mieux que les Côtes-de-Bourg ou le Médoc.

Un bar à vin à Bordeaux pour les vignerons de Tutiac

Les Vignerons de Tutiac renforcent leur réseau de vente directe avec un bar à vins situé au centre de  Bordeaux, 10 place du Palais (non loin de la Garonne).

Ils y proposent leurs vins en dégustation, classés, non par appellation ou château, mais par profil. Le but étant de démocratiser et de simplifier l’accès au vin, notamment pour les néophytes. Une des cibles étant la clientèle des étudiants.

Les Vignerons du Tutiac exploitaient déjà 5 boutiques dans le vignoble, à Périssac, Saint-Laurent-d’Arce, Civrac-de-Blaye, Etauliers et Marcillac.

De Boüard et Castéja mis en examen pour prise illégale d’intérêt

On ne l’apprend que maintenant: les 18 et 19 septembre dernier, la juge Clémentine Chauvin, en charge du dossier des recours contre le classement des grands crus classés de Saint-Émilion de 2012, a mis en examen Hubert de Bouärd (Château Angelus) et Philippe Castéja (Château Trottevieille) pour « prise illégale d’intérêt par chargé de mission de service public dans une affaire dont ils assurent l’administration ou la surveillance ».

La magistrate du tribunal de Bordeaux a estimé qu’il existait des indices graves et concordants permettant de penser que les deux hommes ont influencé le classement à leur profit, lorsqu’ils siégeaient respectivement au comité régional de l’INAO et au comité national du même institut.

Les deux hommes nient toute intervention.

Hervé Lalau

Trésor Cathare, de Foncalieu

A défaut de le trouver dans les ruines de Queribus ou de Rennes le Château, ou dans les caves de la Cité de Dame Carcas, les vignerons de Foncalieu l’ont vinifié.

IMG_4127

Et c’est bien un trésor de vin que ce Cabernet Sauvignon aux accents de garrigue, qui mêle la piperade et la gardianne.
Très dense, aussi bien à l’oeil qu’au nez et à la bouche, et tannique aussi, il n’est pourtant pas austère. La finale reprend le joli panier mélangé de rose, d’iris, de mûre et de myrte du nez, bouclant la boucle de notre plaisir, y ajoutant quelques notes fumées de moka (le passage sous bois est à peine perceptible).
Déjà très ouvert, ce 2017 présente un beau potentiel de garde. On le servira bien rafraîchi (16°) pour qu’il puisse doucement se réchauffer dans le verre sans que l’alcool domine.

Cet IGP de La Cité de Carcassonne nous prouve qu’il y a autant de bonnes raisons d’utiliser les cépages dits bordelais en Languedoc qu’à Bolgheri, dans la Napa, l’Okanagan ou la Coonawarra.

Plus d’info: Foncalieu

Hervé Lalau