Envirhônement vôtre

Début juillet, dans le cadre bucolique du Château Gigognan, Interrhône dévoilait sa nouvelle campagne de communication avec comme thème central le respect de l’environnement.

Une campagne déclinée en plusieurs visuels mettant en avant vigneronnes et vignerons dans leur interaction avec les paysages, comme acteurs engagés pour l’expression du terroir et sa préservation.

Car cette campagne illustre les efforts de la filière pour la protection de la nature, les actions concrètes menées avec le concours d’associations ou d’institutions comme le Muséum d’histoire naturelle, la Ligue de Protection des Oiseaux et l’Institut Français du Vin;  les démarches entreprises pour la sauvegarde des ressources en eau ou en énergie, ainsi que pour la diminution des traitements phytosanitaires. A noter le rôle joué dans tous ces domaines par l’Institut Rhodanien, tant en matière de recherche que d’information des viticulteurs.

Et ceux-ci sont mis à contribution, dans la pratique.

Comptages d’espèces utiles ou représentatives de la biodiversité, comme les vers de terre ou les chauves souris, pose de nichoirs, plantation de haies ou d’arbres isolés, fin du désherbage des tournières, enherbement des inter-rangs, confusion sexuelle des insectes nuisibles, c’est tout un catalogue de bonnes pratiques qui a été mis en oeuvre.

Cet engagement prélude à la généralisation des certifications environnementales (HVE ou bio) dans les exploitations – une nouvelle exigence introduite dans les cahiers de charges des appellations. Et comme il n’y a pas de transparence sans contrôle, non seulement chaque exploitation se vera contrôlée au moins une fois tous les cinq ans, mais un QR code scannable par le consommateur reprendra sur chaque bouteille les informations sur le producteur, le vin et leur promesse environnementale. 

Bref, cette campagne, qui met en avant les valeurs de sincérité, de motivation et de transmission, n’est que la partie visible d’un iceberg bien plus profond. On espère qu’elle convaincra les consommateurs, notamment les plus conscientisés en matière d’environnement, qui, malgré leur activisme (ou à cause de celui-ci), ne sont pas toujours bien informés de la situation réelle dans le vignoble.

Aussi jolis soient-ils, ces visuels ne sont sur la vitrine d’un véritable engagement, au-delà des logos et des labels. Les vigneronnes et les vignerons mis en avant sur les affiches ou dans le film tourné pour cette campagne en sont les ambassadeurs et les acteurs. J’ai d’ailleurs  pu le constater en en visitant quelques uns, comme Maison Sinnae, à Bagnols-sur-Cèze ou le Château de Marjolet, à Laudun. Voila des gens qui, loin de faire de la figuration, prêchent par l’exemple. Mais allez vous-mêmes le vérifier sur place, du côté de ceux qui agissent!

Hervé Lalau

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s