Les plaisirs de la (re)dégustation

Le plaisir, ça n’est pas toujours immédiat.

Dans le domaine du vin, il y a plusieurs cas où il est bon d’attendre. Quand le vin a besoin d’air, par exemple. C’était le cas, voici quelques jours, pour un 2019 de la Cave de Pfaffenheim, la Cuvée Jupiter. Un jeune riesling qui, malgré ses beaux habits jaunes, m’avait semblé tout sauf éclatant, mais plutôt éteint. Jupitérien-à-voir, circulez!

914424-1_1580898019.png

Et voilà que je le redéguste le soir, et qu’il se montre sous un tout autre jour, volubile, aromatique, floral, fruité, vif, puissant et long. Le Roi des Dieux, quoi, le Riesling en majesté. Et quelle belle acidité – tranchante, mais aussi gourmande, comme un beau citron bien mûr.

Moralité: les vins, c’est un peu comme les gens, on doit parfois leur donner une deuxième chance.

Hervé Lalau

 

 

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s