Les Coteaux-du-Giennois de Florian Roblin

Florian Roblin exploite un petit domaine à Beaulieu-sur-Loire, au Nord des Coteaux-du-Giennois.

Sur trois hectares (deux plantés en sauvignon, un planté en gamay et pinot), il a la chance de posséder deux types de sols bien différents; les argiles à silex (que l’on retrouve dans sa cuvée Champ Gibault) et des terres blanches (sa cuvée du Moulin).

Ses vignes sont encore assez jeunes (dix ans en moyenne). En compagnie de Florian, nous sommes remontés dans le temps, jusqu’en 2013, en blanc, et en 2014 en rouge.

Un vigneron à suivre.

IMG_4181.jpg

Champ Gibault 2017

Cette cuvée élevée en cuve béton présente un nez bien vif aux notes d’angélique et de pomme verte; la bouche est séduisante, mélangeant le fruit tropical, le cassis et des nuances plus herbacées; la structure est moyenne, la finale légèrement amère, ce qui n’a rien d’un défaut.

Champ Gibault 2015

Toujours cette belle vivacité, mais ici un peu plus enrobée; le fruit semble plus mûr, on discerne du coing, de l’ananas et de la poire, avec un zeste pamplemousse en finale. Beau vin.

Coulée des Moulins 2017

Cette cuvée, bien qu’élevée partiellement en bois (80. du lot) paraît d’emblée plus
plus tendue, avec un nez légèrement fumé; en bouche, déboulent des note de fleurs blanches; le vin se développe dans le verre, se complexifie, avec de beaux épices. La finale est sapide et poivrée.

Coulée des Moulins 2013

Mirabelle à l’alcool, rose ancienne au nez;  la bouche ne manque pas d’ampleur pour un petit millésime. Il y a quelque chose d’aérien dans ce vin. Et de salin. Un goût de revenez y, aussi.
IMG_4147

Champ Gibault rouge 2017

Cet assemblage de 80% de Pinot et de 20% gamay nous offre un vin gourmand et sérieux à la fois, le gamay apportant son côté acidulé. J’ai adoré son côté primesautier, guilleret, son fruit suret, sa dynamique.

Champ Gibault 2016

Dans cette cuvée, presque pas de Gamay car il avait gelé
Un vin tout en fraîcheur, aux notes fumées. Manque peut-être un peu de chair.

Champ Gibault 2014

Cette cuvée met le pinot en avant, en tout cas aujourd’hui; son fruit est assez mûr, mais aussi épicé – j’ai pensé à des fraises au poivre. La bouche finit un peu sec, mais c’est un style. Le style bourguignon. Pourquoi pas?

Hervé Lalau

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s