Un joli Faugères, en blanc: Chemin de Ronde 2016, du Domaine Prés Lasses

On ne parle pas beaucoup des Faugères blancs, et c’est dommage. La faute à la prédominance des rouges, qui représentent plus de 80% de la production. Et à l’histoire: l’ouverture de l’appellation aux blancs ne date que de 2005.

Pourtant, Faugères possède pas mal d’atout pour cette couleur; l’altitude, tout d’abord (250 m, en moyenne, avec des pointes à plus de 500), qui augmente l’amplitude thermique entre le jour et la nuit, ce qui est un facteur intéressant pour la préservation de l’acidité et pour le développement des arômes.

Les sols, ensuite. Faugères est un terroir de schistes – des sols que l’on retrouve dans de grandes régions de blancs, d’ailleurs, aussi bien en Anjou qu’en Alsace, en Moselle allemande que dans la Wachau autrichienne, par exemple.

Les cépages enfin. À Faugères, on a eu la bonne idée d’ajouter d’ouvrir le cahier des charges; on y trouve donc non seulement la régionale de l’étape, les deux régionaux de l’étape, à savoir la clairette et le grenache blanc, mais aussi un joli italo-provençal (le vermentino, alias rolle) et un rhodanien, la roussanne.

IMG_3356.jpg

Le domaine Prés-Lasses, qui produit la bouteille en question aujourd’hui, on a choisi d’utiliser les quatre. Tant mieux pour la complexité.

J’ai beaucoup apprécié la fraîcheur qui émane de ce vin – fraîcheur plus lié, à mon sens, à la belle amertume saline de vermentino qu’à une acidité tranchante.
Au nez, c’est plutôt la roussanne qui prend le dessus,avec ses notes de camomille, de tilleul et de poire. On le voit, les deux cépages « estrangers » (quoi que, pas tant que ça, le Languedoc et la Provence ne sont pas si loin) ont pris toute leur place dans cet attelage.

J’ai aussi été agréablement surpris par la structure du vin, presque tannique; je me suis demandé un instant si le vin avait vu le fût, mais non, il n’a vu que la cuve. Il n’en est pas moins solide, dense et complet (peut-être la marque d’un petit élevage sur lies fines?).
Quoi qu’il en soit, ce 2016 (un peu reposé, mais encore plein de peps, c’est un excellent moment pour le goûter) prouve, s’il en était encore besoin, que le Midi sait faire de beaux blancs – ici sont sans doute les grands terroirs à blancs de demain, mais pourquoi attendre demain quand aujourd’hui, déjà, des vignerons passionnés comme Denis et Boris Feigel nous offrent ce genre de bijoux. L’Alsace, dont ils sont originaires, peut être fière d’eux: leur Faugères est un de ces Grands Blancs de terroir, tout autant que ceux dont nous délecte le pays des cigognes.

Le domaine est en bio (comme une bonne partie de Faugères). Et tout autant que les Languedociens de souche, les Feigel veulent que leurs vins aient l’accent de Faugères, de ses cailloux et de sa garrigue; un environnement encore globalement préservé, et dont les vins sont non seulement les meilleurs ambassadeurs, aujourd’hui, mais aussi, sans doute, la meilleure chance de protection.

Hervé Lalau

Publicités

Un commentaire sur “Un joli Faugères, en blanc: Chemin de Ronde 2016, du Domaine Prés Lasses

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s